Le blog d'Astremuse

Participez aux news ! 

Les neurones miroirs dans la communication subliminale du signe des Poissons.

Publié le 29/03/2016

La « theory of mind » ou cette faculté de résonner émotionnellement, exprime ouvertement cette capacité empathique des Poissons. Capter, capturer ce moment, cette émotion, cette sensation qui imbibe l’éponge de ressenti donne cette impression reçue qui va bien au-delà de la compréhension concrète des choses.

 

Les Poissons ont des antennes, des radars ouverts sur cette fenêtre de l’inconscient collectif que nous décrit si bien  Karl Gustave Jung :

« L’inconscient  qui est l’ensemble de tous les archétypes, est le dépôt de tout ce que l’humanité a vécu, en remontant à ses plus obscurs commencements, non pas un dépôt mort, sorte de champ de ruines abandonnées, mais un système de réactions et de disponibilités qui déterminent la vie individuelle par des voies invisibles et par suite, d’autant plus efficaces. »

Michel Cazenave ira même jusqu’à préciser qu’« Il ne s’agit pas de nier l’inconscient freudien mais de voir qu’il y a une couche beaucoup plus profonde d’inconscient dans lequel le sujet n’est plus enfermé sur lui-même mais ouvert à de l’inconnu. »

 

Représentation typique de la Maison XII dans la domification astrologique, son attachement au dernier signe du zodiaque (Poissons) n’est pas vraiment du hasard. Secteur de souffrance, d’exil et d’épreuves, pour vivre une Maison XII il faut être prêt car c’est dans ce secteur qu’ « on  y joue son salut, son âme immortelle » selon Joëlle de Gravelaine.


Les Poissons ont besoin de fusionner à l’autre pour se sentir exister. Sensibles, dévoués et compatissants, ils doivent s’accrocher à cette humanité pour ne pas tomber dans les déboires d’un laxisme subjectif et confus.

 

Les neurones miroirs considérés comme une découverte majeure en neurosciences, jouent ce rôle dans la cognition sociale par le biais d’apprentissage par imitation mais aussi dans le processus affectif qu’est l’empathie. Le professeur Ramachandran les appelle « neurones empathiques ».

 

Mais l’empathie n’est pas innée ! Un nouveau-né manquant de structures relationnelles dans les premières années de sa vie, est fragilisé dans le développement fonctionnel de ses neurones miroirs. Quand une personne entre dans notre horizon de perception, elle enclenche une résonance neurobiologique : « Dans le visage de l’autre, c’est notre propre individualité qui vient à notre rencontre. »

 

Le premier degrés Sabian des Poissons pose le programme d’une communauté à venir :


« Sur un marché noir de monde, cultivateurs et marchands exposent une grande variété de produits. ».


Le jeu social s’actionne et active la résonance déclenchée par les cellules miroirs. L’expérience d’appartenance à la communauté humaine a des effets neurobiologiques prouvés. En ressentant au fond de nous-mêmes les intentions d’actions, les sensations et les sentiments de l’autre, nous saisissons spontanément et intuitivement une compréhension de ce qui anime autrui.

 

Se trouver exclu de cette zone de confort social implique un état de souffrance induit par la dépendance, la maladie, voir dans le cas extrême la mort. Le rejet social déverse les variantes actuelles comme le chômage, le harcèlement professionnel (reconnu comme maladie), le passage à la retraite, et au pire, le suicide qui est l’expression de cette autodestruction psychologique.

 

Une dominante Neptune dans un thème trouve écho à cet environnement. Combien vivent cette situation où une personne considérée comme neutre arrive à éveiller en eux une sorte de malaise inexplicable annonçant une certaine insécurité.

Le « type » neptunien reste sensible aux événements, se sentant impliqué même s’il n’y a aucune circonstance directe le liant à cela. Il s’associe à ce sentiment que nous nommons intuition, pressentiment ou sixième sens.

 

Frédérique Desplechin

Astremuse

12/03/2016

 

Envoyer à un ami

* champs obligatoires

* champs obligatoires

« Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné au traitement de votre demande. Le destinataire des données est [Nom de la société]. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à [Nom de la société] [Adresse de la société]. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous avez également le droit de vous inscrire sur la liste d’opposition au démarchage téléphonique. »